Jean Haëntjens « Face à la saturation de l'espace virtuel les GAFA se dirigent vers l'espace réel »

TechClash

0:00
39:31
10
10

Jean Haëntjens « Face à la saturation de l'espace virtuel les GAFA se dirigent vers l'espace réel »

Pour l’économiste et urbaniste Jean Haëntjens, auteur de Comment les géants du numérique veulent gouverner nos villes : La cité face aux algorithmes (Rue de l’échiquier, 2018), la numérisation croissante des villes nous place devant un choix décisif : préserver la cité politique, agora humaniste au service du bien commun, ou bien embrasser la smart city, ville régie et optimisée par les algorithmes. Deux conceptions diamétralement opposées. Alors que leur régulation numérique pourrait permettre des gains incontestables, notamment en matière de transports et d’énergie, la smart city promet aussi la consécration d’une « ville-services », intégralement soumise au marché et à la quête de profit, faisant des citoyens des consommateurs ou des usagers. Jean Haëntjens craint ainsi la disparition de toute démocratie locale, de la figure même du maire et de la place des acteurs publics, réduits à des fonctions d’« assistance sociale » dans des villes totalement automatisées. Aussi, il en appelle à préserver la cité politique, lieu de débat, d’échange et de rencontre. Une ville humaniste, non dénuée de services numériques, mais y recourant avec parcimonie. 

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

« L’autonomie, c’est le mot le plus important chez Ivan Illich »

TechClash

Frédéric Bordage : « On pourrait interdire les vidéos en streaming dans le TGV »

TechClash

Faut-il bannir l’usage de la reconnaissance faciale ?

TechClash

The podcast TechClash has been added to your home screen.

Pour l’économiste et urbaniste Jean Haëntjens, auteur de Comment les géants du numérique veulent gouverner nos villes : La cité face aux algorithmes (Rue de l’échiquier, 2018), la numérisation croissante des villes nous place devant un choix décisif : préserver la cité politique, agora humaniste au service du bien commun, ou bien embrasser la smart city, ville régie et optimisée par les algorithmes. Deux conceptions diamétralement opposées. Alors que leur régulation numérique pourrait permettre des gains incontestables, notamment en matière de transports et d’énergie, la smart city promet aussi la consécration d’une « ville-services », intégralement soumise au marché et à la quête de profit, faisant des citoyens des consommateurs ou des usagers. Jean Haëntjens craint ainsi la disparition de toute démocratie locale, de la figure même du maire et de la place des acteurs publics, réduits à des fonctions d’« assistance sociale » dans des villes totalement automatisées. Aussi, il en appelle à préserver la cité politique, lieu de débat, d’échange et de rencontre. Une ville humaniste, non dénuée de services numériques, mais y recourant avec parcimonie. 

Subscribe Install Share
TechClash

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install