Ramdane Touhami : "Ce que j'aime, c'est entrer dans une boîte, en changer le business et partir"

Grazia Podcasts

0:00
00:29:11
10
10

Ramdane Touhami : "Ce que j'aime, c'est entrer dans une boîte, en changer le business et partir"

Grazia Podcasts

On m'appelle le serial entrepreneur… Les gens aiment bien les raccourcis, moi pas. Qui voudrait être mis dans une case, de toute façon ? Je m'appelle Ramdane Touhami, j'habite dans le septième arrondissement de Paris, rue du Bac, j'ai trois enfants, une femme. Je suis un peu voyageur… un peu beaucoup. J'ai une maladie grave qui est la phobie de l'ennui. Je suis hyperactif. Je suis né en 1974, j'ai grandi à la campagne, entre Toulouse et Montauban, où mon père était ouvrier agricole. On était six enfants à la maison. Quand j'ai eu 14 ans, on a quitté mon village de 400 habitants pour une cité. L'intégration s'est mal passée, j'étais un bouseux, fort en gueule qui faisait du skate-board et n'était pas trop mauvais à l'école. Ça ne collait pas. Je me suis retrouvé dans un BEP compta, à Castres. Pour draguer les filles, j'ai décidé de lancer une marque de T-shirts.
Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Lesdéviations X Grazia - Morgane Sézalory (Sézane)

Grazia Podcasts

Lili Barbery-Coulon : "En me reconnectant à la nature, je ne me suis plus sentie seule"

Grazia Podcasts

Anaïs Vanel : "J'ai fait le vide, ça m'a permis de me remplir à nouveau"

Grazia Podcasts

The podcast Grazia Podcasts has been added to your home screen.

On m'appelle le serial entrepreneur… Les gens aiment bien les raccourcis, moi pas. Qui voudrait être mis dans une case, de toute façon ? Je m'appelle Ramdane Touhami, j'habite dans le septième arrondissement de Paris, rue du Bac, j'ai trois enfants, une femme. Je suis un peu voyageur… un peu beaucoup. J'ai une maladie grave qui est la phobie de l'ennui. Je suis hyperactif. Je suis né en 1974, j'ai grandi à la campagne, entre Toulouse et Montauban, où mon père était ouvrier agricole. On était six enfants à la maison. Quand j'ai eu 14 ans, on a quitté mon village de 400 habitants pour une cité. L'intégration s'est mal passée, j'étais un bouseux, fort en gueule qui faisait du skate-board et n'était pas trop mauvais à l'école. Ça ne collait pas. Je me suis retrouvé dans un BEP compta, à Castres. Pour draguer les filles, j'ai décidé de lancer une marque de T-shirts.
Subscribe Install Share
Grazia Podcasts

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install