Ornikar: pourquoi les auto-écoles doivent se tourner vers le digital

DECODE BUSINESS

0:00
00:12:20
10
10

Ornikar: pourquoi les auto-écoles doivent se tourner vers le digital

DECODE BUSINESS

Nous avons pu échanger avec Benjamin Gaignault, cofondateur d’Ornikar, auto-école en ligne. Avec la fermeture des auto-écoles au premier et au second confinement, l’année a été rude pour le secteur. Benjamin Gaignault nous explique comment l’entreprise s’est adaptée à la situation et les changements qui se sont opérés dans le secteur.Les formations au code en ligne proposées par Ornikar ont connu une croissance de 30% cette année ce qui a permis de compenser partiellement les pertes liées à l’arrêt des cours d’auto-école durant les deux confinements. L’entreprise prévoit un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros pour 2020 et souhaite recruter 50 personnes en 2021 pour poursuivre son développement à l’international.Fondée en 2013 par Benjamin Gaignault et Alexandre Chartier, rejoints par Flavien Le Rendu, Ornikar a vu le jour pour dépoussiérer une profession règlementée, mais cela n’est pas fait sans heurts. En effet, les trois premières années d’existence de la société ont été une succession de batailles juridiques face à des associations et des syndicats d’auto-école. Après avoir survécu à une dizaine de procès et finalement décrocher un agrément d’auto-école définitif, Ornikar a pu réellement lancer sa plateforme en 2016. Profitant de la loi Macron qui a libéralisé le secteur des auto-écoles, l’auto-école en ligne a ainsi conçu un service visant à rendre le permis de conduire plus accessible pour les Français. 
Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Pourquoi le télescope de la start-up Vaonis est considéré comme l'une des meilleures innovations du CES

DECODE BUSINESS

L’app de rencontres Once rachetée par Dating Group

DECODE BUSINESS

AssurTech : Leocare lève 15 millions d’euros auprès de Felix Capital, Ventech et Daphni

DECODE BUSINESS

The podcast DECODE BUSINESS has been added to your home screen.

Nous avons pu échanger avec Benjamin Gaignault, cofondateur d’Ornikar, auto-école en ligne. Avec la fermeture des auto-écoles au premier et au second confinement, l’année a été rude pour le secteur. Benjamin Gaignault nous explique comment l’entreprise s’est adaptée à la situation et les changements qui se sont opérés dans le secteur.Les formations au code en ligne proposées par Ornikar ont connu une croissance de 30% cette année ce qui a permis de compenser partiellement les pertes liées à l’arrêt des cours d’auto-école durant les deux confinements. L’entreprise prévoit un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros pour 2020 et souhaite recruter 50 personnes en 2021 pour poursuivre son développement à l’international.Fondée en 2013 par Benjamin Gaignault et Alexandre Chartier, rejoints par Flavien Le Rendu, Ornikar a vu le jour pour dépoussiérer une profession règlementée, mais cela n’est pas fait sans heurts. En effet, les trois premières années d’existence de la société ont été une succession de batailles juridiques face à des associations et des syndicats d’auto-école. Après avoir survécu à une dizaine de procès et finalement décrocher un agrément d’auto-école définitif, Ornikar a pu réellement lancer sa plateforme en 2016. Profitant de la loi Macron qui a libéralisé le secteur des auto-écoles, l’auto-école en ligne a ainsi conçu un service visant à rendre le permis de conduire plus accessible pour les Français. 
Subscribe Install Share
DECODE BUSINESS

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install