Blanche et Marion: Et pourquoi pas une FIV ROPA?

Les enfants vont bien: homoparentalité et autres schémas familiaux

0:00
1:14:43
10
10

Blanche et Marion: Et pourquoi pas une FIV ROPA?

Les enfants vont bien: homoparentalité et autres schémas familiaux

Le parcours de PMA est accompagné d’un vocabulaire technique qui est une véritable langue, riche en termes inconnus. Très vite nous devenons bilingue et revoyons et approfondissons nos cours sur la conception, au point d'en devenir incollables.Il y a plusieurs types d’inséminations, intra cervicales ou non, avec donneur ou avec conjoint, ce qui donne déjà quelques beaux acronymes. La difficulté se corse quand on bascule, par choix ou par obligation, sur un parcours de FIV, on découvre alors les multiples possibilités, FIV DO, FIV ICSI, TEC, FIV ROPA. Parmi tous ces intitulés, se cache celui qui conviendra le mieux à vos choix et à votre situation. Quand Blanche et Marion entament leurs parcours de PMA, elles commencent par plusieurs cycles d’insémination infructueux. Elles se voient alors proposer de passer en FIV et ont la chance de voir leur essai couronné de succès par la naissance du petit, grand maintenant, Gustave. Elles bénéficient à ce moment là d’une FIV ICSI, qui intègre l’intervention d’un technicien de laboratoire pour forcer la rencontre entre le spermatozoïde et l’ovule. Lorsque la question du numéro 2 se pose, il est alors évident pour Blanche qu’elle souhaite porter un des embryons « restant » de la FIV de Marion. Il s’agit alors d’une FIV ROPA ou FIV croisée. La question n’est pas des plus simples car tous les pays n’autorisent pas la FIV ROPA, et qu’elle soulève l’épineuse question de la transmission de son capital génétique.Cette technique n’est pas encore très connue et pourtant elle permet de résoudre des situations médicales complexes, où tout simplement de transmette le patrimoine génétique d’une maman sans qu’elle ne porte son enfant si elle ne le souhaite pas. Quand on sait que la mère dite porteuse influence 10% du capital génétique de l’embryon, c’est une jolie façon d’impliquer les 2 mamans dès la conception.Je vous propose d’écouter la très belle histoire de Blanche et Marion qui ont donné naissance à Gustave et Louison, 2 embryons issus du même cycle de FIV, portés par chacune d’entre elles.

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/lesenfantsvontbien.

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Alexandre: Laisser le libre acces aux origines des enfants issus de don

Les enfants vont bien: homoparentalité et autres schémas familiaux

Nathan et Jean Baptiste: L'adoption, une histoire de famille

Les enfants vont bien: homoparentalité et autres schémas familiaux

Solène et Noémie: De 2 à 5, l'avenir est à elles!

Les enfants vont bien: homoparentalité et autres schémas familiaux

The podcast Les enfants vont bien: homoparentalité et autres schémas familiaux has been added to your home screen.

Le parcours de PMA est accompagné d’un vocabulaire technique qui est une véritable langue, riche en termes inconnus. Très vite nous devenons bilingue et revoyons et approfondissons nos cours sur la conception, au point d'en devenir incollables.Il y a plusieurs types d’inséminations, intra cervicales ou non, avec donneur ou avec conjoint, ce qui donne déjà quelques beaux acronymes. La difficulté se corse quand on bascule, par choix ou par obligation, sur un parcours de FIV, on découvre alors les multiples possibilités, FIV DO, FIV ICSI, TEC, FIV ROPA. Parmi tous ces intitulés, se cache celui qui conviendra le mieux à vos choix et à votre situation. Quand Blanche et Marion entament leurs parcours de PMA, elles commencent par plusieurs cycles d’insémination infructueux. Elles se voient alors proposer de passer en FIV et ont la chance de voir leur essai couronné de succès par la naissance du petit, grand maintenant, Gustave. Elles bénéficient à ce moment là d’une FIV ICSI, qui intègre l’intervention d’un technicien de laboratoire pour forcer la rencontre entre le spermatozoïde et l’ovule. Lorsque la question du numéro 2 se pose, il est alors évident pour Blanche qu’elle souhaite porter un des embryons « restant » de la FIV de Marion. Il s’agit alors d’une FIV ROPA ou FIV croisée. La question n’est pas des plus simples car tous les pays n’autorisent pas la FIV ROPA, et qu’elle soulève l’épineuse question de la transmission de son capital génétique.Cette technique n’est pas encore très connue et pourtant elle permet de résoudre des situations médicales complexes, où tout simplement de transmette le patrimoine génétique d’une maman sans qu’elle ne porte son enfant si elle ne le souhaite pas. Quand on sait que la mère dite porteuse influence 10% du capital génétique de l’embryon, c’est une jolie façon d’impliquer les 2 mamans dès la conception.Je vous propose d’écouter la très belle histoire de Blanche et Marion qui ont donné naissance à Gustave et Louison, 2 embryons issus du même cycle de FIV, portés par chacune d’entre elles.

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/lesenfantsvontbien.

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Les enfants vont bien: homoparentalité et autres schémas familiaux

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install