#48 - Denis Olivennes - Libération : Le modèle subscription first, un nouveau départ concluant

Mediarama

0:00
47:32
10
10

#48 - Denis Olivennes - Libération : Le modèle subscription first, un nouveau départ concluant

Le sujet : Pour de nombreux médias, la reconnaissance et la croissance ne vont pas de pair. Avec la crise du Covid-19, beaucoup d’entre eux ont rencontré des difficultés financières. Dans cet écosystème fragile, où les productions dépendent fortement de la sensibilité et de l’intuition de leurs auteurs, pas facile d’atteindre la rentabilité. Afin de renouer avec le succès, le journal Libération recrute un nouveau directeur général.

L’invité : Dans ce nouvel épisode de Mediarama, François Defossez, cofondateur de CosaVostra, reçoit Denis Olivennes, directeur général de Libération depuis juin 2020. Passé par, entre autres, Canal+, la Fnac, le Nouvel Obs et CMI France, ce dernier cultive une passion indéniable pour les médias. En succédant à Clément Delpirou, il souhaite accompagner le journal dans la définition de son nouveau positionnement.

Initiative : A l’arrivée de Denis Olivennes, Libération accusait une baisse de diffusion quasiment continue depuis une quinzaine d’années. Les abonnements numériques ne parvenaient pas à combler le grand vide laissé par l’effondrement des ventes papier. Le nouveau directeur général a tout de suite rassuré ses collaborateurs : il veillera à ce que l’indépendance éditoriale du journal soit respectée.

# D’après Denis Olivennes, l’indépendance d’un média passe par sa rentabilité. Libération ne dépendant plus d’un milliardaire mais d’un fonds de dotation depuis septembre 2020, il se détache des actionnaires. Pour bénéficier d’une liberté inconditionnelle, il doit adopter une stratégie de contenu précise.

# Le P’tit Libé, publié entre 2015 et 2020, en est la preuve : pour se relancer avec peu de moyens, il est essentiel de concentrer ses moyens sur un seul domaine d’expertise. Si le projet a été abandonné, c’est pour privilégier les contenus exclusifs, qui ont de la valeur auprès des lecteurs.

# Denis Olivennes prône un paysage médiatique où les informations sont sérieuses et vérifiées, et où les structures rendent compte de la pluralité des opinions. Ce modèle est rendu possible grâce au subscription first, et à la facilité d’usage des abonnements numériques : en 2021, les lecteurs français sont plus enclins à payer pour du contenu indépendant. Selon le nouveau directeur général de Libération, la qualité de l’information pourra même, à terme, inverser la tendance de défiance envers les médias.

# Admiratif des journalistes rigoureux, Denis Olivennes a fait appel à deux équipes : une première traitant des actualités chaudes, pour rassembler une audience, et une seconde, qui la convertit au moyen de reportages de proximité, de confrontations d’opinion vives et contrastées, de contenu d’investigation… Dov Alfon, directeur de la publication et de la rédaction depuis septembre 2020, coordonne ces deux parties.

# Pour répondre aux besoins des lecteurs, la plateforme logicielle de Libé n’est pas en reste. En effet, l’arrivée d’équipes techniques de marketing et d’abonnement a changé la donne : Content Management System (CMS), paywall dynamique, expérience utilisateur, travail de data...

Une stratégie concluante : en un an, les tirages de Libération ont augmenté de 35% en diffusion numérique, et de 20% au total. Chaque jour, pour 90 000 exemplaires en diffusion payée, 10 000 viennent de la vente au numéro, 30 000, des abonnements, et 50 000, de l’offre numérique.

Membre du Think tank Digital New Deal et auteur du rapport Défendre l’État de droit à l’heure des plateformes, le nouveau directeur général de Libération questionne également la responsabilité des plateformes dans la répression des discours de haine qu’elles hébergent. Puisque les médias doivent maintenir une présence sur les réseaux sociaux, il faut, à son sens, renforcer la définition de la liberté d’expression et soumettre les décisions des plateformes au contrôle d’un juge.

Pour découvrir tout ça, c’est par ici si vous préférez Apple Podcasts, par là si vous préférez Deezer, ici si vous préférez Google Podcasts, ou encore là si vous préférez Spotify.

Et n’oubliez pas de laisser 5 étoiles et un commentaire sympa sur Apple Podcasts si l’épisode vous a plu.

Mediarama est un podcast du label Orso Media.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

#51 - Jean Massiet - La vulgarisation politique sur Twitch

Mediarama

#50 - Florence Martin-Kessler - Live Magazine : Journalisme sur scène, une nouvelle manière de lire le réel ?

Mediarama

#49 - Alexandre Noci - O'Gaming : Aux origines de l’Esport

Mediarama

The podcast Mediarama has been added to your home screen.

Le sujet : Pour de nombreux médias, la reconnaissance et la croissance ne vont pas de pair. Avec la crise du Covid-19, beaucoup d’entre eux ont rencontré des difficultés financières. Dans cet écosystème fragile, où les productions dépendent fortement de la sensibilité et de l’intuition de leurs auteurs, pas facile d’atteindre la rentabilité. Afin de renouer avec le succès, le journal Libération recrute un nouveau directeur général.

L’invité : Dans ce nouvel épisode de Mediarama, François Defossez, cofondateur de CosaVostra, reçoit Denis Olivennes, directeur général de Libération depuis juin 2020. Passé par, entre autres, Canal+, la Fnac, le Nouvel Obs et CMI France, ce dernier cultive une passion indéniable pour les médias. En succédant à Clément Delpirou, il souhaite accompagner le journal dans la définition de son nouveau positionnement.

Initiative : A l’arrivée de Denis Olivennes, Libération accusait une baisse de diffusion quasiment continue depuis une quinzaine d’années. Les abonnements numériques ne parvenaient pas à combler le grand vide laissé par l’effondrement des ventes papier. Le nouveau directeur général a tout de suite rassuré ses collaborateurs : il veillera à ce que l’indépendance éditoriale du journal soit respectée.

# D’après Denis Olivennes, l’indépendance d’un média passe par sa rentabilité. Libération ne dépendant plus d’un milliardaire mais d’un fonds de dotation depuis septembre 2020, il se détache des actionnaires. Pour bénéficier d’une liberté inconditionnelle, il doit adopter une stratégie de contenu précise.

# Le P’tit Libé, publié entre 2015 et 2020, en est la preuve : pour se relancer avec peu de moyens, il est essentiel de concentrer ses moyens sur un seul domaine d’expertise. Si le projet a été abandonné, c’est pour privilégier les contenus exclusifs, qui ont de la valeur auprès des lecteurs.

# Denis Olivennes prône un paysage médiatique où les informations sont sérieuses et vérifiées, et où les structures rendent compte de la pluralité des opinions. Ce modèle est rendu possible grâce au subscription first, et à la facilité d’usage des abonnements numériques : en 2021, les lecteurs français sont plus enclins à payer pour du contenu indépendant. Selon le nouveau directeur général de Libération, la qualité de l’information pourra même, à terme, inverser la tendance de défiance envers les médias.

# Admiratif des journalistes rigoureux, Denis Olivennes a fait appel à deux équipes : une première traitant des actualités chaudes, pour rassembler une audience, et une seconde, qui la convertit au moyen de reportages de proximité, de confrontations d’opinion vives et contrastées, de contenu d’investigation… Dov Alfon, directeur de la publication et de la rédaction depuis septembre 2020, coordonne ces deux parties.

# Pour répondre aux besoins des lecteurs, la plateforme logicielle de Libé n’est pas en reste. En effet, l’arrivée d’équipes techniques de marketing et d’abonnement a changé la donne : Content Management System (CMS), paywall dynamique, expérience utilisateur, travail de data...

Une stratégie concluante : en un an, les tirages de Libération ont augmenté de 35% en diffusion numérique, et de 20% au total. Chaque jour, pour 90 000 exemplaires en diffusion payée, 10 000 viennent de la vente au numéro, 30 000, des abonnements, et 50 000, de l’offre numérique.

Membre du Think tank Digital New Deal et auteur du rapport Défendre l’État de droit à l’heure des plateformes, le nouveau directeur général de Libération questionne également la responsabilité des plateformes dans la répression des discours de haine qu’elles hébergent. Puisque les médias doivent maintenir une présence sur les réseaux sociaux, il faut, à son sens, renforcer la définition de la liberté d’expression et soumettre les décisions des plateformes au contrôle d’un juge.

Pour découvrir tout ça, c’est par ici si vous préférez Apple Podcasts, par là si vous préférez Deezer, ici si vous préférez Google Podcasts, ou encore là si vous préférez Spotify.

Et n’oubliez pas de laisser 5 étoiles et un commentaire sympa sur Apple Podcasts si l’épisode vous a plu.

Mediarama est un podcast du label Orso Media.

Subscribe Install Share
Mediarama

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install